Vers un nouveau Bauhaus
Vers un nouveau Bauhaus

L’Union européenne s’est fixé un nouvel objectif ambitieux : devenir une économie dont les émissions nettes de gaz à effet de serre n’existeront plus d’ici 2050. Annoncé par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de son discours sur l’état de l’Union européenne à la mi-septembre, cet objectif s’inscrirait dans le cadre d’un “Green Deal” européen visant à transformer l’économie, en dissociant la croissance économique de l’utilisation des ressources et en transformant les immenses défis posés par le changement climatique en opportunités.

La vision éco-responsable de la commission européenne

Pour y parvenir, Mme von der Leyen s’est tournée vers le passé, en citant le modèle centenaire du Bauhaus. Ce mouvement allemand a mis l’internationalisme, la collaboration interdisciplinaire et l’industrialisation au service des questions de design en Europe entre deux guerres mondiales. Le Bauhaus a mis l’accent sur un design axé sur la fonction et sur un artisanat bien équilibré, ce qui a influencé les architectes et les artistes depuis plusieurs décennies.

Le nom de l’école est synonyme de modernisme. Cependant, le Bauhaus a connu une courte mais puissante période de 14 ans qui a lancé un mouvement mondial de design. Le mouvement a été créé à Weimar, en Allemagne, en 1919 et est disparu de la scène architecturale en 1933 sous la pression enragée des nazis.

Revenant à l’Europe actuel, dans son discours, Mme von der Leyen a appelé à la création d’une nouvelle version de l’école dans l’espoir d’avoir un impact similaire et durable sur le principal défi d’aujourd’hui, le changement climatique.

Bauhaus 2.0

Selon la présidente de la commission, chaque mouvement a sa propre apparence et sa propre sensation. Pour elle, il est temps de donner au changement systémique de l’Europe sa propre esthétique distincte, afin de faire correspondre le style à la durabilité. C’est pourquoi la commission souhaite lancer un projet de création d’un nouveau Bauhaus européen. Un espace de co-création où architectes, artistes, étudiants, ingénieurs, designers travaillent ensemble pour y parvenir.

Mais le style est peut-être moins important que le fonctionnement d’un tel espace de co-création. Les experts du Bauhaus affirment que ce qu’un nouveau Bauhaus devrait apporter à la lutte contre le changement climatique n’est pas nécessairement une esthétique distincte, mais l’approche créative et interdisciplinaire de la résolution des problèmes qui a été prouvée si efficace par le Bauhaus original. Voici quelques exemples de la manière dont un nouveau Bauhaus peut se montrer à la hauteur de son prédécesseur.

Rester ancré dans le design

L’une des principales forces du Bauhaus original était le groupe d’esprits qui l’ont créé. Des visionnaires comme l’architecte et directeur fondateur Walter Gropius et les premiers instructeurs comme le peintre Paul Klee et l’artiste Lyonel Feininger. Gropius a vu la nécessité d’une école qui mélangeait l’art, l’artisanat, l’industrie et la technologie. Pour fonder son école il a recruté des praticiens ouverts d’esprit dans divers domaines pour former un nouveau type d’artisans.

La proposition d’un nouveau Bauhaus est peut-être trop descendante, estime Max Welch Guerra, professeur d’aménagement du territoire à l’actuelle université Bauhaus de Weimar. Pour reproduire le succès du Bauhaus original, la créativité de base est essentielle. Selon le professeur, ce discours est l’expression d’une nouvelle tendance dans la politique européenne, et pas seulement en Allemagne, à accorder un rôle plus important à l’État. Il considère que la fondation de ce nouveau Bauhaus européen doit être le résultat d’une discussion intensive entre pairs, entre universitaires, entre professionnels peu importe le secteur et n’est pas le fruit d’une initiative monétaire.

Répondre au moment

Selon M. Welch, l’approche du Bauhaus en matière de design a attiré tant d’adeptes en Allemagne et dans le monde entier après sa fermeture para sa vision du monde. Le mouvement s’est toujours tourné vers l’avenir et vers la façon dont la technologie et l’industrie allaient changer le monde. “Ils ont compris quels étaient les potentiels de la phase d’industrialisation de cette époque, et ils ont mieux compris comment changer le type de formation des nouveaux designers et architectes”, dit-il.

En voyant l’essor des usines et de la production de masse, le Bauhaus du début du XI siècle a commencé à tenir compte de cette nouvelle réalité dans sa façon d’explorer le design et du mobilier. La force la plus puissante qui affecte le monde aujourd’hui est le changement climatique, dit Welch, “et un nouveau Bauhaus devrait respecter cela et organiser un nouveau type de production de l’espace et des villes”.

Respect aux matériaux

À la base, le Bauhaus était très axé sur les matériaux auxquelles il donnait une grande importance. Les étudiants étaient formés à la connaissance des matériaux de manière très approfondie, tant pour des raisons d’artisanat et de design que d’économie. Compte tenu que le Bauhaus a émergé entre deux guerres mondiales, les matériaux tels que le bois, le verre, le métal et même le papier étaient rares et précieux.

Les déchets étaient mal vus, il fallait s’approprier la matière pour la comprendre pour optimiser son usage., Ils ont valorisé les ressources et ont créé une façon durable de concevoir, de construire et de vivre. Un positionnement pivotal pour faire face aux impacts climatiques des biens de consommation et de la construction actuelles.

Expérimentation

Selon les experts en la matière, même si le Bauhaus est toujours un exemple d’innovation et que nombre de ses idées sont toujours d’actualité, le nouveau Bauhaus européen ne doit pas copier la structure ou les méthodes de son ainé. Nous ne vivons pas dans le même monde, les attentes ont changé et surtout la technologie n’est pas la même. Cependant, s’il y a un sujet qu’il faut garder à tout prix de cette école, c’est l’esprit d’expérimentation, son ouverture aux nouvelles idées et sa persistance

Le fait qu’aujourd’hui, plus d’un siècle après sa fondation et près de 90 ans après sa fermeture officielle, le Bauhaus ait inspiré des générations de concepteurs et de penseurs témoigne de sa philosophie sous-jacente. Elle est parfois simplifiée à l’excès comme une esthétique spécifique de lignes pures et de formes élégantes. Mais ses principes directeurs de conception fonctionnelle et de réponse aux besoins de la société sont ses héritages les plus importants, et ce qui peut inspirer les designers à relever les défis futurs.

Written by Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *