homme herpès génital

Touchant près de 17% de la population et faisant parti de la liste des IST (Infections Sexuellement Transmissibles), l’herpès génital est une maladie chronique et très douloureuse que l’on a souvent honte d’aborder, à tort.

Aujourd’hui on vous en dit un peu plus sur le fonctionnement de cette infection, les précautions à prendre et les traitements existants.

Comment fonctionne le virus de l’herpès génital ?

Comme on vous le disait plus haut, l’herpès génital est une IST, il se transmet donc pendant les rapports sexuels mais aussi lorsque la zone contagieuse est en contact poussé entre les deux partenaires. De plus en plus, l’herpès se transmet aussi par voie oro-génitale (fellation et cunnilingus).

Aucun vaccin n’a encore été trouvé donc une fois que vous êtes porteur du virus, vous le serez toute votre vie.

C’est là qu’intervient, ou non, la « chance » (oui, si on peut parler de chance). Certains (les chanceux) seront porteurs du virus mais n’auront jamais de symptômes ou le virus ne se manifestera même jamais. Cependant il est important de garder à l’esprit que ces personnes peuvent tout de même transmettre le virus.

Les moins chanceux verront apparaître les premiers symptômes dans les 7 à 20 jours suivant la transmission du virus. Au programme des réjouissances : douleurs, brûlures, picotements au niveau de vos bijoux de famille. Puis vient l’apparition de vésicules (toujours dans la douleur), qui se transformeront en croutes (on passe les détails) pour ensuite disparaître… Jusqu’à la prochaine crise !

Oui, parce que dans « chronique »… Eh bien, il y a « chronique » ! Si le virus s’est manifesté, vous avez de grandes chances pour qu’il repointe le bout de son nez 3/4  fois par an… Voir plus de 6 fois si les fées ne se sont vraiment pas penchées sur votre berceau.

Comment prévenir l’herpès génital ?

Il n’y a pas 36 solutions. Si vous vous savez porteur du virus, sachez que le moment où vous êtes le plus susceptible de le transmettre est quand vous avez une « poussée d’herpès ». Dans ce cas, même le préservatif ne peut pas vous garantir de ne pas infecter votre partenaire.

Si vous n’êtes pas en période de crise, le risque de transmettre le virus passe aux alentours de 5%, alors sortez couverts !

Votre mode de vie aura une grande influence sur le virus. Le stress, la fatigue, un système immunitaire mis à mal (grippe, maladies chroniques…) affaibliront votre organisme et c’est dans ces périodes que le virus aura le plus tendance à refaire surface… Comme cet ami qui ne vient vous voir que lorsqu’il a besoin de quelque chose (vous voyez de qui je parle…)

Comment traiter l’herpès génital ?

clareva gel

Plusieurs traitements existent, utilisant des substances antivirales, qui se prennent par voie orale. Ces traitements vous seront délivrés par un médecin qui sera à même de vous prescrire le dosage qui vous convient. Ces traitements ne vous débarrasseront pas du virus mais diminuera la fréquence de ses apparitions et vous permettra de guérir plus vite en période de crise.

Cependant ces traitements ne diminuent pas la douleur (on vous a dit à quel point c’était douloureux ?). Ainsi vous pourrez trouver en pharmacie des gels tels que Clareva gel, qui ont été élaborés dans le but de réduire au maximum la douleur créée par l’herpès génital. Ces gels sont disponibles sur avis d’un médecin ou sans ordonnance.

 

L’herpès génital est une maladie comme une autre, il ne faut pas en avoir honte (vous le vivrez mal et l’anxiété et le stress le font réapparaître alors ne vous minez pas, on dit ça pour vous). On n’en guérit pas vraiment mais les avancées de la médecine permettent aujourd’hui de réduire ses apparitions et la douleur qu’elles procurent. Soyez précautionneux, faites-vous dépister régulièrement (mieux vaut prévenir que guérir) et surtout… Au moindre symptôme, n’hésitez pas à consulter un spécialiste !

Written by Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *